• --> --> --> --> --> --> -->--> --> --> --> -->--> --> --> --> --> -->--> -->

Papaye

1. Historique

Depuis 2005, le Centre Technique Horticole de Tamatave a introduit de nouvelles variétés de papayers sous forme de graines à Tamatave. En 2005, des plantations de papayer solo ont été alors installées. En voyant que cette variété s’adapte bien au climat de la côte Est, d’autres variétés (Formosa et Sunrise) ont été introduites en 2006. Avant de connaitre les résultats des plantations effectuées  jusqu’à maintenant, familiarisons nous d’abord avec les papayers.

2. Classification botanique

 

Régne
Plantae
Division
Magnoliophyta
Classe
Magnoliopsida
Ordre
Violales
Famille
Caricaceae
Genre
Carica

 

3. Généralités

Le papayer est un arbre originaire des régions tropicales de l’Amérique centrale, notamment du Mexique. Il est considéré plus comme une plante herbacée que comme un arbre car son tronc est plus ou moins creux.
Il est cultivé pour son fruit riche en vitamines et en papaïne et ses feuilles qui ont des vertus médicinales.

4. La plante

Le papayer est une plante dioïque, mais on trouve actuellement de nombreuses variétés introduites.

– Les racines

Selon la structure et la texture des sols, les racines peuvent être pivotantes ou superficielles surtout dans les terrains humides.
– Le tronc

Il est unique et plus ou moins creux, il ne porte pas de branches latérales, seules les jeunes plantules sont de consistance ferme. Des cicatrices triangulaires indiquent la position des feuilles tombées. Le tronc est mou et la sève est un latex. Le tronc se termine par une couronne de feuilles.
– Les feuilles

Elles sont au bout de longs pétioles, creux à la base. Elles ont 07 à 9 lobes. Le pétiole est fixé au milieu des limbes (feuilles pelletées).
– Les fleurs

Ordinairement, le papayer est un arbre dioïque (pante dont les fleurs mâles et femelles sont sur des pieds différents). Les fleurs mâles apparaissent au bout de longs panicules à l’aisselle des feuilles. Elles ont 10 étamines. Les fleurs femelles sont à pétioles courts isolées  ou par group de 2 ou 3. Elles sont plus grandes et leurs pétales, charnues s’incurvent vers la base de la fleur. Elles sont toujours à la partie supérieure du tronc et situées à l’aisselle des feuilles.
– Le fruit

Le fruit est ovoïde ou arrondi, de couleur verte à jaune orange à maturité. Il ressemble à un melon. La section du fruit montre une cavité centrale remplie de petites graines rondes et noires entourées de mucilage. La chair est juteuse, parfumée et plus ou moins sucrée suivant les variétés. Le fruit peut peser de 500 g à plusieurs kilos. Comme la reproduction se fait par semis, il est difficile de savoir si on aura des plants femelles ou males ou bisexuées mais il faudra tenir compte que :

  1. Lorsque le plant à fleurs femelles sont fécondées par des plants à fleurs males, la descendance est constituée de 50 % de pieds males et 50 % de pieds femelles.
  2. Lorsque les plantes à fleurs femelles sont fécondées par le pollen des plants à fleurs bisexuées, leur descendance est de 50% de pieds bisexués et 50 % de pieds femelles.
  3. Lorsque les plantes à fleurs bisexuées (hermaphrodites) sont autofécondées, leur descendance est de 66 % de pieds bisexués et de 33 % de pieds femelles.

Le tableau suivant récapitule ce qui a été dit auparavant.

 

Fleur mâle

Fleur hermaphrodite

Fleur femelle 50 %  de pieds mâles
50 % de pieds femelles
50 % de pieds hermaphrodites
50 % de pieds femelles
Fleur hermaphrodite   66 % de pieds hermaphrodites
33 % de pieds femelles

En plantation avec des plants dioïques, il est nécessaire d’avoir un plant mâle pour 10 femelles.

 

5. Les variétés existantes

Papaye solo : petite, pesant environ 450 g, facile à transporter et apprécié par son goût sucré.
Sunrise : chair rouge et même saveur que la variété solo.
Formosa : fruit allongé

6. Ecologie de la plante

Le papayer exige un climat chaud avec une température moyenne de 25 °C. Il peut croître sous les tropiques jusqu’à une altitude de 1 650 m. Il exige le plein ensoleillement mais support mal les vents violents. Le papayer préfère des précipitations de l’ordre de 1 500 à 2 000 mm bien réparties toute l’année. Trop d’humidités nuit et favorise la présence de pythium qui détruit le tronc. Il convient bien en climat sec en irrigation.

7. Sol (choix du terrain)

Le papayer préfère les sols légers, humifères et bien drainés. Cette une plante très exigeante et très sensible à l’apport de fumier et compost. Il peut bien s’adapter sur des sols plus lourds mais à condition d’être riches en matières organiques. Il ne supporte pas d’être submergé pendant plus de 48 heures.

8. Plantation ou culture

Le papayer se reproduit par semis.
Les plants de papayer sont installés sur des billons de 1 m de largeur et 40-50 cm de hauteur.
Les trous ont une dimension de 50 cm x 50 cm x 50 cm.
Les plants sont distancés de 2 m tant entre les plants qu’entre les lignes de plantation.

9. Floraison

Pour conserver les caractéristiques de la variété, toutes les fleurs sont ensachées dès leur apparition.

10. Récolte

La première récolte a lieu 10 mois environ après la plantation et peut donner  une bonne partie de l’année. Sa production n’est intéressante que durant trois ans.

11. Rendement

Sur la côte Est, un arbre peut donner 50-60 fruits par an.

12. Problèmes phytosanitaires

Les papayers sont très sensibles à l’anthracnose qui cause la pourriture sur les fruits. Les symptômes se présentent sous forme de  taches déprimées  qui se couvrent de coussinets de spores de couleurs variées (blanc, gris, rose). La pulpe devient molle et prend un goût amer.

Des cochenilles peuvent infester les feuilles, les fruits et troncs en saison sèche. Le tronc et les racines sont également par des champignons du genre phytophtora et pythium.

Attaque par le phytophtora : les fruits se recouvrent d’un feutre mycélien blanc, se momifient et tombent. Les racines et les collets sont atteints de pourritures noires qui provoquent des chancres sur le tronc. A ce stade, la mort des papayers est inévitable.

Attaque par pythium : les feuilles jaunissent, les nouvelles feuilles restent petites avec un pétiole raccourci, les fruits sont petits et ne mûrissent pas.

Depuis 2005, les plantations de papayers solos ont fourni des productions satisfaisantes (50-60 papayes/arbre/an). Compte tenu de cette performance, on peut dire que le papayer solo s’adapte bien au climat de la côte Est de Madagascar. Ainsi 15 000 plants ont été diffusés en paysannat depuis le mois de février 2008. Par ailleurs, les deux autres variétés (Formosa et Sunrise) sont entrées en production depuis 2008 et les plants ne sont pas encore diffusés en paysannat.

13. Transformations

Actuellement, le CTCP transforme les papaye en chips, en confiture ou en pâte de fruits.