• --> --> --> --> --> --> -->--> --> --> --> -->--> --> --> --> --> -->--> -->

Ananas

1. Historique

Appelé nana nana (parfum des parfums) par les Amérindiens, l’ananas (Ananas comosus) trouve son origine en Amérique du Sud, probablement dans le nord du Brésil, ou en Amérique centrale et aux Caraïbes.
Le CTHT a commencé à implanter des plantations d’ananas Victoria au sein de parcelles de production sises à Satrana Melville depuis 2005.

 

2. Classification botanique

Régne
Plantae
Division
Magnolophyta
Classe
Liliopsida
Ordre
Bromeliales
Famille
Bromeliaceae
Sous classe
Monocotylédones
Genre
Ananas
Espèces
Ananas Cosmosus (La plus cultivée dans le monde)
Variétés
Cayenne, Queen, Panish, Abacaxis et Perolera.

3. Généralités

L’ananas est une plante tropicale donnant le fruit bien connu du même nom l’ananas, Ananas comosus, est encore parfois nommé Ananas sativus ou encore Bromelia ananas.
Cette plante herbacée pérenne pouvant atteindre 1m à 1,50m en tous sens de 50 à 150 cm de haut, porte de longues feuilles étroites, pointues et rigides de 50cm à 1,80m, disposées en rosette et dentées en général. La floraison de l’ananas est caractéristique des Broméliacées, avec au bout d’une tige généralement unique une couronne de feuilles courtes au dessus d’un ensemble de fleurs, donnant place après floraison au fruit charnu de l’ananas.

4. La plante

Les organes principaux constituant un plant adulte d’ananas sont :
– la tige, organe court en forme de massue qui contient des réserves d’amidon et un ensemble de fibres très résistantes qui rendent difficiles sa destruction mécanique.
les feuilles, au nombre maximal de 70 à 80 cm, peuvent stocker l’eau dans le tissu aquifère qui les compose.
le pédoncule, qui est en fait la prolongation de la tige qui supporte le fruit. Il est important qu’il soit court et de fort diamètre pour éviter la verse des fruits et les coups de soleil.
le fruit : est composé et équivalent à une grappe soudée et compressée, c’est un syncarpe formé par la fusion de tous les fruits individuels issus de chacune des fleurs. Le nombre de ces fruits individuels est au sein d’une même variété le premier des facteurs déterminant le poids du fruit.
la couronne : est l’organe feuillu qui surmonte le fruit.
les racines : sont aériennes et souterraines. Ces dernières sont très fragiles et sensibles au moindre durcissement du sol.
les rejets, qui sont de 4 types :

Le rejet porte un nom différent en fonction de sa situation sur la charpente du plant-mère : cayeu, hapa, bulbille. Le cayeu est dit « souterrain » (cs) s’il prend naissance sous le niveau du sol à l’aisselle de feuilles réduites ou écailles ; il est dit »aérien » (ca), sur l’axe principal à l’aisselle des feuilles développées. Le hapa (h), lui, se développe au niveau du rétrécissement de l’axe principal qui se mute en hampe florale, à l’aisselle de feuilles réduites. La bulbille (b), caduque, vient à la base du fruit surmonté d’une couronne (c). Celle-ci est souvent considérée comme un rejet.

5. Les variétés existantes

L’espèce ananas comosus contient 5 cultivars principaux :

  • Cayenne Lisse

Ferme, acide, chair jaunâtre assez fibreuse, yeux plats, assez gros, qui se colore d’orangé vers le plumet lorsqu’il atteint sa pleine maturité. La variété la plus cultivée au monde de façon presque « monopolistique ». L’ananas bouteille des Antilles n’est pas une variété mais du Cayenne Lisse dont la conduite n’est pas maîtrisée.

  • Spanish

Peau pourpre, chair jaune pâle, fibreuse, acidulée.

  • Mordilonus-Perolera-Malpure

Gros et allongé, chair sèche et cassante. Peut atteindre 4 kilogrammes en Amérique du Sud et Centrale.

  • Pernambuco

Chair jaune ou blanchâtre très sucrée, douce et peu acide en Amérique du Sud et Centrale ainsi qu’au Malaisie

  • Queen

Moins connu, plus petit, à feuilles dentelées avec des yeux proéminents, à chair jaune pâle. Il est très acidulé avec un goût de bonbon.

Parmi ces diverses variétés, CTHT a choisi de planter du Queen victoria à cause de ses caractéristiques entre autre sa saveur douce et sa texture croustillante.

6. Ecologie de la plante

– l’altitude
Il se développe à une altitude maximale de 1800m. Un ananas de qualité se conçoit à faible altitude.

– la température
L’idéal est d’avoir une température moyenne de 25°C (23-25°C pour des fruits de qualité). Mais les basses températures accélèreront le processus de floraison.

– l’eau
L’ananas est peu exigeant en eau ; il lui faut environ 2 à 4 mm/jour. La culture est possible dans des zones de pluviométrie très variable.
– la lumière
La lumière a une action très marquée sur le rendement. Elle a une action directe sur la coloration des fruits.

– le vent
C’est une plante qui supporte le vent si on la cultive sur des terrains plus ou moins planes contrairement sur les pentes.

7. Le sol (choix du terrain)

L’ananas se porte bien sur des sols meubles, légères, bien aérés et surtout perméables. Le pH joue un rôle important, l’optimum se situe entre 4,5 et 5,5 sur des terrains pas trop en pentes.

8. Plantation ou culture

L’ananas se cultive toute l’année, mais il existe deux grands types de plantations :

  • celle d’été : décembre
  • celle d’hiver : d’avril à juin.

Suivant ces plantations, le cycle est différent

  • pour les plantations d’été : 12 mois
  • pour les plantations d’hiver : 14 mois

Choix des rejets :
– le poids
Pour Victoria : 250-400 g
Pour Cayenne : 300-500 g
– le parage
Il est obligatoire pour les plantations en saison sèche. Il consiste à enlever les feuilles situées à la base du rejet. Il doit être fait 3 ou 4 jours avant la mise en terre. S’il est fait trop à l’avance, les racines du rejet se dessèchent.
– le traitement
Pour éviter toute sorte de contamination, les rejets doivent faire l’objet d’un traitement  (trempage) au fongicide et/ou à l’insecticide après le parage. Ce traitement peut se faire ensemble.

  • Le fongicide le plus couramment employé est l’ALIETTE  (Fosétyl-Al) à raison de 100 g/hl soit 1 g/l d’eau. Il faudra faire reposer les rejets 24 heures après le traitement avant leur utilisation.
  • Pour le traitement avec un insecticide, il faudra choisir entre : PARATHION à raison de 50 cc /100l d’eau ; BASUDINE-DIAZION pour 50 cc/100l d’eau ; ou DIMETHOATE 125 cc/100l d’eau. Il est nécessaire de stocker debout les rejets après ce traitement.

Préparation du terrain :
Le défrichement suivra le choix du terrain ; la formation des billons des lignes de plantation par la suite. Ceci dans le but d’amoindrir le risque d’accumulation d’eau et aussi pour augmenter la profondeur de sol meuble exploré par les racines.
Le piquetage sera fait avec des écartements de 40cm entre les lignes et 30 cm entre les plants. Quant au labour,  il sera effectué à 30 cm de profondeur et 20 cm de largeur. Il est nécessaire d’incorporer  du fumier avant le rebouchage.
Les rejets doivent être plantés en quinconce,  être enterrés à une profondeur de 8 à 10 cm de façon à éviter l’introduction de terre dans le cœur (risque de pourriture).

9. La floraison

La floraison dépend du type de plantation (celle d’été ou d’hiver). Néanmoins, une méthode permet d’y intervenir : le Traitement d’Induction Florale (TIF).
Le TIF permet d’homogénéiser le niveau hormonal de tous les plants de la même plantation.
L’apex ou le dôme méristématique contient des auxines qui font barrière à la montaison-floraison-fructification. Leur concentration dans les tissus est responsable du maintien de la plante en phase végétative. Les florigènes naturels et autres tels que l’éthylène dégradent les auxines et lèvent donc cette barrière. Un des produits générateurs d’éthylène est une solution aqueuse d’acétylène obtenue par réaction du carbure  de calcium dans l’eau (500g pour 150l d’eau). 50 ml de cette solution sera nécessaire pour traiter un plant. Le traitement se fait la nuit ou tôt le matin.
La réussite d’un TIF se voit une dizaine de jours après à travers le gonflement du sommet de l’axe, la production de feuilles réduites à l’état d’écailles rouges à violacées.

10. La récolte

L’intervalle de temps entre le Traitement d’Induction Florale et la récolte n’est pas constant et dépend essentiellement des conditions climatiques. Il est donc impératif de tenir compte de ces fluctuations tout au long de l’année pour prévoir, au plus juste, les jours de coupe. C’est à chaque planteur de calculer, pour ses conditions d’environnement, les valeurs moyennes observées sur plusieurs années. La récolte doit être faite la plus tardive possible compte tenu des délais et des conditions de transport (export en particulier) et de commercialisation.
La maturation des yeux se fait progressivement de bas en haut, la partie inférieure du fruit est toujours plus mûre que la partie supérieure.
L’ananas doit mûrir complètement sur pied pour atteindre son taux de sucre maximal et sa saveur optimale. Récolté trop tôt, le fruit sera sans saveur et sans arôme. La chair peu colorée sera très acide et peu sucrée. En revanche la chair dure sera peu sensible aux chocs. Récolté trop tard, l’ananas sera très sucré, très peu acide avec une chair très colorée, avec un début de fermentation. Les producteurs ont donc une très faible marge de temps pour ajuster la récolte et préserver au maximum la qualité de leurs fruits.

11. Rendement

Le rendement doit se limiter à 1 fruit par pied.

12. Problèmes phytosanitaires

C’est une maladie qui fait son apparition au cœur des plants :
– les jeunes feuilles changent de couleur (elles deviennent jaunes ou brun clair),
– une ligne brun foncée remonte vers le haut de la feuille
– les feuilles du cœur se détachent très facilement lorsqu’on tire dessus
– la base des feuilles est entièrement pourrie et sent très mauvais
Les mesures à prendre consisteront premièrement à désinfecter systématiquement les rejets en saison humide et quand le sol a un pH au dessus de 5,5. Par la suite, en cas d’infestations, il faut traiter tôt pour éviter l’extension de l’attaque  pour ainsi limiter les dégâts.

 

Le phytophtora
Le Wilt (dû à l’existence de cochenilles)
– le wilt apparaît sur des plants isolés ou voisins,
– les jeunes feuilles rougissent,
– leurs bords commencent à s’enrouler vers la face inférieure ; cet enroulement se continue, se fait sur toute la longueur, les bouts des feuilles se replient vers le sol et se dessèchent rapidement (dessèchement irréversible),
– l’ensemble du feuillage est coloré en rose,
– le système racinaire est totalement détruit.

Les nématodes

Les attaques de nématodes sont difficiles à reconnaître, il faudra observer le feuillage :
– les plants ne se développent pas très bien, ils sont de petites tailles,
– le feuillage rougit,
– les feuilles sont étroites et redressées.
Au niveau des racines, leur gaine reste en terre quand on arrache le plant ; des gales se forment sur les racines.

Les symphyles

On peut les observer en écartant les vieilles feuilles de la base du plant sur la tige
– les plants restent petits,
– les feuilles rougissent,
– les racines forment des balais de sorcières ou sont absentes.

13. Transformations

C’est le Centre de Transformation et de Conservation des Produits ou CTCP qui se charge de ce volet.
Concernant la filière ananas, les produits obtenus jusqu’à maintenant sont : ananas séché, ananas semi confit, confiture d’ananas, confiture d’ananas au gingembre, confiture d’ananas à la vanille, chips d’ananas.
Du jus d’ananas pour essai et des pâtes d’ananas sont actuellement en cours d’élaboration.